Catégorie Science

Les origines sociales des femmes influent directement leurs sensibilités à la prise de poids

C’est un sujet un peu tabou et pourtant, une étude de l’INRA commencée en 2005 sur un échantillon de 3 groupes de femmes démontre que c’est une réalité, la catégorie sociale et professionnelle d’une femme est déterminante sur sa propension à prendre du poids, et aussi sur sa façon de gérer le problème. Le phénomène est beaucoup moins marqué chez les hommes au point qu’il est impossible pour le moment d’en tirer des conclusions fermes.

Contrairement à ce que la majorité des gens pensent, ou veulent penser, le comportement personnel d’une femme n’est pas le seul responsable de sa situation pondérale. L’autre moitié du problème a pour origine son groupe social, et notamment son environnement professionnel et familial, ainsi que ses origines sociales.

Les femmes des milieux populaires ont plus de chances d’être ou de devenir obèses que les femmes évoluant dans les milieux plus aisés. L’âge, la profession, et même le lieu de naissance ou le niveau d’étude permettraient de déterminer avec une bonne précision un indice de risque d’obésité.

La volonté de perdre du poids est sensiblement égale chez la plupart des femmes, mais la représentation du corps idéal, et les exigences faces à leur propre silhouettes sont très différentes. Dans les milieux ouvriers, les femmes sont beaucoup moins obnubilées par leur poids que chez les cadres. Elles pratiquent moins de sport, et évidemment consomment moins de produits liés à la perte de poids. Chez les femmes qui ne travaillent pas, la condition sociale est presque le seul facteur déterminant. Cependant si on tient compte de la position sociale des femmes, c’est à dire du fait que dans le milieu ouvrier il y a plus de femmes au foyer que dans les classes sociales supérieures, on constate alors que la majorité des femmes au foyer ont une corpulence plutôt au dessus de la moyenne. Ce constat s’explique probablement aussi par un certain repli sur soi du fait de leur vie domestique.

Au delà du simple souhait de perdre du poids et des référents que chaque femme utilise dans son environnement, l’INRA montre également que l’alimentation des classes populaires est moins équilibrée, moins variée, notamment pour les fruits et les légumes, ce qui conduit évidemment à une prise de poids plus fréquente. L’un dans l’autre ceci fait le bonheur des vendeurs de produits de lutte contre la prise de poids ou de régime, car les classes sociales qui ont le soucis d’entretenir leur ligne sont aussi celles qui ont un pouvoir d’achat supérieur.

D’autres facteurs entrent en jeu comme par exemple le fait que dans les couches sociales populaires l’ennui, les problèmes personnels, et les conditions socio-économiques plus précaires prennent le dessus par rapport au fait de manger sains, faire du sport, et plus généralement faire attention à sa propre santé ou condition physique.

3 groupes de femmes se détachent donc de cette étude : chez les femmes ayant un travail non qualifié ou épisodique, le fait de faire un régime est d’abord un travail sur soi et une volonté d’ancrage social – lié probablement à la pression médiatique. L’indicateur principal de succès est le chiffre indiqué par leur pèse-personne ; chez les femmes plus âgées ou ayant un position professionnelle stable dans un bureau, le régime est motivé par un soucis de santé et d’esthétique, l’apparence étant une garantie de conservation de leur position sociale ; enfin il y a la troisième catégorie de femmes chez qui le régime est la seule façon de soigner un corps en danger, médicalement parlant. Chez ces femmes l’obésité est vécue comme une véritable maladie, physiquement et psychologiquement.

Le Xylitol va-t-il alléger l’humanité ? Il a un bel avenir en tout cas !

Faisons les présentations, pour commencer : qu’est-ce que le Xylitol ?

Il s’agit avant tout d’un édulcorant, c’est à dire d’une substance qui modifie le goût.

On le trouve de façon naturelle dans un certain nombre de fruits et légumes, par exemple les endives ou les framboises. Le corps humain en contient aussi de façon naturelle en faible quantité.

Dans le commerce alimentaire, le Xylitol utilisé est le plus souvent extrait du bois de bouleau qui en contient de fortes concentration, ce qui explique que les régions où pousse le bouleau sont aussi les premières à avoir remplacer le sucre par le Xylitol. C’est notamment le cas en Finlande par exemple.

Bref, quel est l’interêt ? Hé bien c’est tout simple, le Xylitol a un goût de sucre, au point qu’il est difficile même pour un fin palais de faire la différence avec du saccharose, et pourtant le Xylitol, à quantité égale, apporte presque 2 fois moins de calories à votre organisme… sympa non ?

Médicalement le Xylitol est très intéressant

Il n’est pas acidifiant pour l’organisme et son taux de glucose est très faible.

Au niveau de la bouche par exemple, les autres sucres démultiplient la prolifération des bactéries au point de faire chuter le pH, ce qui est la première cause de formation des caries. Les autres sucres sont adhésifs et contribuent fortement à la formation de la plaque dentaire, cet effet adhésif est quasiment inexistant avec le Xylitol. Mieux, des études ont montré que l’absorption régulière de Xylitol à la place du sucre pouvait arrêter la progression des caries, voir chez de jeunes patients les résorber, ceci grâce aux propriétés ionisantes du Xylitol.

Plusieurs protocoles thérapeutiques à base de Xylitol sont en train de voir le jour, notamment pour la prévention et la lutte contre les ulcères, contre certains cancers de l’estomac, et plus étonnant, contre les inflammations du tympan chez les jeunes enfants. En fait, le Xylitol est capable d’empêcher le développement de la plupart des bactéries indésirables.

En parallèle, le Xylitol est de plus en plus prescrit aux diabétiques, car une autre de ses propriétés est qu’il se diffuse de façon très régulière dans l’organisme, ce qui rend plus aisé la gestion du taux de glycémie tout au long de la journée.

A titre préventif, il est recommandé de consommer entre 5 et 10g de Xylitol par jour (en plusieurs prises), compte tenus de ses nombreux bienfaits.

Notez que si vous voulez utiliser le Xylitol dans vos propres plats, il faut réduire d’environ 40% la quantité par rapport a du sucre, car son pouvoir sucrant augmente pendant la cuisson. Encore faut-il aussi réussir à en trouver dans le commerce, c’est encore assez difficile.

En attendant, gageons que de plus en plus de produits industriels vont utiliser le Xylitol à la place du sucre, confitures, boissons fruitées, yaourts et desserts, patisseries… les possibilités sont nombreuses et au vu de toutes ses qualités, les consommateurs ne pourront qu’apprécier !

Pour aller plus loin :
Pack découverte croquettes pour chat adulte Equilibre & InstinctPack découverte croquettes pour chat adulte Equilibre & InstinctIdéal pour découvrir les produits Equilibre & Instinct L'équilibre et la bonne santé de votre félin sont assurés grâce à des nutriments adaptés:
Digestibilité optimale grâce aux viandes blanches (volaille et porc)
Apport en taurine garanti par une complémentation en plus de la taurine apportée naturellement par les viandes- Soutien des fonctions nerveuse et immunitaire par l'apport de levure de bière
Métabolisme du fer et système immunitaire renforcés par la complémentation en vitamine C
Aide au transit intestinal par l'apport de fibres de haute qualité sous forme de céréales entières
Cet aliment prévient votre chat d'une éventuelle prise de poids par une appétence naturelle et contrôlée
Un rapport protido-calorique élevé et des matières grasses facilement digestibles apportées en faible quantité.
Enrobage à froid sous vide d'air pour une meilleure répartition des matières grasses et une appétence contrôlée.
Liste des Ingrédients :
Croquettes : Volaille (26% min., ingrédients frais 14%), protéine de soja (garantie sans OGM), farine de blé, porc, graisses de canard (conservées avec antioxydants naturels), farine de maïs, farine de riz, gluten de blé, poissons, levures.
TERRINE D'INGREDIENTS FRAIS, RICHE EN VOLAILLE ET AUX CAROTTES : Volaille (14% min, ingrédients frais 18%), porc (ingrédients frais 11%), poisson, légumes (carottes 4%), farine de blé, gluten de blé, dextrose, minéraux.
TERRINE D'INGREDIENT FRAIS,RICHE EN POISSON ET AUX CAROTTES : Porc (ingrédients frais 26% min), poisson (14%min.), volaille, légumes (carottes 4%), farine de blé, gluten de blé, dextrose, minéraux.
Additifs:
(Par kg de produit fini) : Carbonate de Calcium 1.56 g Phosphate mono calcique 0.94 g Zinc (E6) * 153 mg L Carnitine 280 mg DL Méthionine 4750 mg Taurine 3084 mg Vitamine D3 * 1674 UI Vitamine E 837 mg Vitamine C 419 mg
(Par kg de produit fini) Gomme de cassia * 5078 mg Vitamine D3 * 152 UI Vita

Prise de poids ou prise de tête ?

En général, lorsque vous mangez, certaines molécules sont dirigées vers le cerveau, et les hormones qui régulent votre poids, l’insuline et la leptine, envoyent en même temps des signaux pour diminuer votre appétit et ainsi vous donner la sensation d’être repus.

Une étude dirigée par un laboratoire américain de l’université du Texas a montré que c’est l’effet inverse qui se produit lorsque les aliments contiennent certains types d’acides gras, et notamment l’acide palmitique qu’on retrouve dans beaucoup d’aliments courants comme le boeuf, le fromage, le lait entier, ou le beurre.

En fait cet acide gras créée une réaction cérébrale particulière, en inhibant les signaux de vos hormones, ce qui va alors vous pousser à manger plus, car la sensation de faim perdure. Les mangeurs de fromage se reconnaitront sans doute, tant il est difficile de résister à la tentation d’en manger encore un petit morceau… de plus !

Est-ce que cette étude va remettre à la mode les régimes classiques « sans graisse » ? Elle démontre en tout cas clairement qu’il est plus facile de moins manger si on supprime les graisses. Car avoir moins d’appétit c’est aussi avoir moins de frustrations alimentaires.

Quoi qu’il en soit, grâce à ces études, souhaitons qu’un jour des patients puissent être traités directement par une chimie du cerveau pour perdre du poids, l’enjeu est grand.

Comme quoi la tête est, une fois de plus, l’endroit ou tout commence 😉

Le communiqué de presse émis par l’équipe du Docteur Deborah Clegg (en anglais) :
http://www.utsouthwestern.edu/utsw/cda/dept353744/files/548055.html

Pour aller plus loin :
NIGRIN Graisse pour bornes de batterie graisse de contactNIGRIN Graisse pour bornes de batterie graisse de contactNIGRIN Graisse pour bornes de batterie, graisse de contact
et de protection contre l'acide, pour les contacts
électroniques et les bornes de batterie, assure une sécurité
de contact de longue durée, empêche les courants de fuite,
corrosion et l'oxydation et la température d'utilisation
adaptée est de -30 degré jusqu'à + 85 degré (72265)

Devez-vous tenir compte de votre IMC ?

Pour répondre plus précisément à Elodie, voici ce qu’il faut savoir sur l’IMC

D’abord, qu’est-ce que l’IMC ?

IMC (ou BMI en anglais) est une l’abréviation de Indice de Masse Corporelle. C’est un chiffre qui va vous aider à déterminer si vous avez effectivement des problèmes de poids ou non, dans le strict cadre de la « bonne santé ». Les diététiciens s’accordent à dire qu’un IMC « idéal » devrait se situer entre 20 et 25.

Voici la formule pour calculer votre IMC, elle est très simple :

Poids/(Taille*Taille)

Le poids est exprimé en kilos et la taille en mètres.

Prenons un exemple : une personne qui mesure 1,63m et pèse 67 kilos aura un IMC de 67/(1,63*1,63)=25,22

On arrondi généralement l’IMC, et on obtient donc 25.

Comment interpréter l’IMC ?

On peut diviser les résultats en 4 catégories :

  • 19 ou moins :
Vous n’avez CERTAINEMENT PAS besoin de faire un régime pour perdre du poids! Un tel IMC est considéré comme « TROP MAIGRE ». En fait, vous devriez consulter un diététicien et éventuellement suivre un régime mais pour PRENDRE du poids! Vous avez peut-être l’impression que votre corps est bien loin de celui des top-modèles… Mais en fait, vous devez savoir que de nombreux mannequins ont un IMC inférieur à 20!!! Leur situation est donc tout à fait dangereuse pour la santé et nous devrions tous cesser de les considérer comme exemples à suivre…
  • De 20 à 25 :
C’est le meilleur résultat. Tout le monde devrait se trouver dans cette catégorie pour avoir un poids considéré comme « SAIN » (scientifiquement).
  • De 26 à 30 :
Dans cette catégorie, vous présentez un surpoids et vous devriez essayer de faire quelque chose pour améliorer votre situation. Les régimes amaigrissants peuvent alors être une bonne solution pour vous aider, car la situation n’est pas considérée comme dangereuse pour votre propre santé, et c’est votre bien être qui doit décider avant tout.
  • Plus de 30 :
C’est là que commence l’obésité. Vous ne pouvez pas soigner l’obésité par vous-même. Vous devez absolument consulter l’avis d’un médecin avant d’entreprendre quel que régime que ce soit car il y a des implications qui peuvent être très grave sur votre santé.


Si on mets de coté les problèmes de santé sérieux, il faut quand même prendre un peu de recul – notre blog est là pour cela, en vous donnant des pistes de réflexion et des liens intéressants – et d’abord tenir compte votre bien-être avant tout le reste, sinon tous ces aspects scientifiques se transforment en contraintes et… il vaut mieux alors ne pas s’y intéresser du tout 🙂

Pour aller plus loin :
BMI 405341030 Mètre à ruban de poche avec hublot/fonction compas, Blanc/rouge, 3 m x 16 mmBMI 405341030 Mètre à ruban de poche avec hublot/fonction compas, Blanc/rouge, 3 m x 16 mmProduit de qualité, n'hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire!

Encore les rats ! Mais cette fois ils font du sport !

Voilà que les rats servent à nouveau de cobayes dans une autre étude menée aux états-unis. J’ai trouvé l’info ici et je n’ai pas pu m’empêcher de la relayer puisque pas plus tard qu’hier je parlais déjà de la contribution à la science de nos amis les rongeurs. Cette étude montre qu’avoir une activité physique régulière après un régime limite la reprise du poids perdu.

Ce n’est pas un scoop vous allez me dire (sic), sauf que l’étude démontre que l’effort physique réduit l’appétit, donc ce n’est pas le fait de bruler des calories qui est nouveau, mais bien le fait de manger moins en raison de l’effort physique.

A mon avis, mais un jour une étude sur des vrais gens prouvera peut-être que je me trompe, l’effort physique augmente plutôt l’appétit que l’inverse… après une grosse journée de ski par exemple, je peux difficilement m’empêcher d’engloutir une raclette bien grasse et bien dodue ! Vous n’êtes pas d’accord ?

Pour aller plus loin :
Le CobayeLe CobayeLE COBAYE

Grignoter au milieu de la nuit ferait prendre davantage de poids que d’avaler des encas dans la journée !

Des chercheurs de l’université de l’Illinois ont réalisé une étude sur des rats qui conclut sans aucun doute que manger la nuit fait prendre plus de poids que manger la journée, et la différence est très importante puisque le chiffre annoncé est 48% de poids en plus !

Ceci en mangeant exactement la même quantité d’énergie et de nourriture… étonnant non ? Maintenant reste à étendre l’étude à l’être humain, mais il devient certain que le choix des heures de grignotage est déterminant sur les effets qu’ils induisent.

Source: metrofrance.com

Pour aller plus loin :
Recherche la paix et poursuis-laRecherche la paix et poursuis-laaux éditions Du Lion De Juda,1991, in 12(17 x 11 cm), 102 pages. Couverture souple illustrée. +++++++ Nous vivons une époque d'agitation et d'inquiétude. Cette tendance se manifeste jusque dans notre vie spirituelle; notre recherche de Dieu, de la sainteté, du service du prochain est agitée et anxieuse, au lieu d'être confiante et paisible. Mais comment faire pour traverser les moments de trouble et de peur, tout en restant dans la confiance et l'abandon ? C'est ce que nous enseigne ce petit traité sur la Paix du cœur. A travers des situations concrètes de notre vie quotidienne, l'auteur nous invite à réagir selon l'Evangile. Car si la paix intérieure est pur don de Dieu, elle est à rechercher et à poursuivre sans cesse ! Ce livre est là pour nous y aider - Bon état.

Copyright © Prise de poids
Volontaire ou non, comment allier santé et bien-être

Basé sur Notes Blog Core
Powered by WordPress